Ah, le mâle alpha ! Combien de fois ai-je pu lire ici et là qu’il faut être un homme alpha si on veut séduire ? Depuis combien d’années entendons-nous nous que seul le mâle alpha, mâle dominant peut prétendre à une vie sentimentale et sexuelle satisfaisante ? Dans cet article, je reviens avec vous sur ce concept mais aussi sur les concepts dérivés comme le mâle sigma, le mâle bêta, le mâle oméga, etc. Et j’ai bien l’intention de vous expliquer que le mâle alpha, c’est bien beau, mais ce n’est pas tout. Reprenons donc ensemble les fondamentaux, et concentrons-nous sur votre singularité, celle qui fait de vous un homme séduisant, n’en déplaise à ceux qui veulent que l’homme soit un animal comme les autres.

A lire aussi : Comprendre les mécanismes du désir féminin

 

Être un mâle alpha, ça veut dire quoi ?

Zoologie

male dominant alpha
Issu de l’excellent épisode “Naturama”, de la série Futurama

Chez les animaux, l’individu alpha est l’individu dominant dans un groupe. Généralement, il est unique et les membres du groupe s’y soumettent et lui obéissent. On observe quelque cas de femelles alphas mais le règne animal s’organise plus souvent autour d’un mâle alpha, ou mâle dominant.

Le mâle alpha jouit d’un statut supérieur aux autres membres du groupe, notamment sur le plan sexuel. Chez toutes les espèces sexuées connues, le mâle alpha est le mâle reproducteur privilégié dans son groupe. Il a la mainmise sur la majorité des femelles du groupe, si ce n’est toutes. Chez d’autres espèces encore, toutes les femelles n’ont pas la « chance » de pouvoir s’accoupler avec le mâle dominant : ce sont seulement les plus fortes qui peuvent jouir de ce privilège.

Les critères de sélection pour qu’un individu prétende au statut d’alpha varient d’une espèce à une autre mais on retrouve généralement des caractéristiques communes toutes liées à l’instinct de survie et de perpétuation de l’espèce : individu fort, intelligent, social, etc.

En bref, le mâle alpha jouit d’une position dominante et de privilèges car repose sur lui l’avenir de son espèce.

 

Et chez les humains ?

Les humains sont-ils des animaux comme les autres ?

Chez les humains, être un mâle alpha ne veut, en vérité, plus dire grand-chose. Déjà parce que notre « groupe » s’élève à plusieurs millions de personnes au total, quelques milliers si on veut simplement considérer les individus qui partagent une culture commune, quelques centaines si on se contente des cercles proches et des amis d’amis. Ensuite parce que nous avons codifié nos rapports sociaux et que nous avons inventé les concepts d’égalité et de justice. Ou plutôt, parce que nous sommes des victimes dans l’âme, nous avons inventés en premier lieu les concepts d’inégalité et d’injustice. Et quoi de plus injuste que de considérer qu’un seul individu pourrait jouir de privilèges au détriment des autres ? Surtout en matière de sentiment et de sexe!

Toutefois, on retrouve chez l’homme des comportements similaires aux comportements observés chez les animaux, comme la compétition sexuelle entre hommes ou la recherche d’un partenaire « idéal » (fertile, en bonne santé, fournisseur de ressources…) pour les femmes. Cela peut certainement expliquer pourquoi certains coachs en séduction de la vieille école se sont contentés de faire le parallèle entre hommes et animaux : « vous êtes des animaux, vous devez être dominant pour pécho ». Mais être dominant, chez les humains, ce n’est peut-être pas la même chose que chez les oiseaux, les singes ou les poissons par exemple. Reste à définir ce qu’on entend par dominant. Car, après-tout, peut-être y avait-il un judicieux conseil caché derrière cette affirmation.

Le poids de l’imaginaire collectif

Malheureusement pour nous, l’idée d’un mâle alpha comme mâle dominant caricatural a inondé les imaginations des uns et des autres sans considérer un seul instant que l’homme, animal doué d’intelligence, pouvait assimiler l’attitude alpha à autre chose que des comportements simiesques. L’homme alpha devient gorille malgré lui… Il est un animal privé de toute sensibilité et de tout principe humain.

homme dominant gorille

On imagine alors aisément le mâle alpha comme machiste, imbu de sa personne, désobligeant envers ses pairs. On l’imagine physiquement imposant : grand, carré ou musclé. Le mâle alpha devrait dominer toute situation sociale, ne jamais faire preuve de faiblesse et se débrouiller pour que l’on soit à son service. Le mâle alpha, en fait, c’est celui que tout le monde admire… mais que tout le monde traite quand même de connard…

La question aujourd’hui est la suivante : quel intérêt y a-t-il à entretenir un tel cliché ? Permettre aux hommes qui ne sont pas alpha d’avoir leur chance. Une fois de plus, on a tendance à niveler par le bas : plutôt que de s’élever, on préfère rabaisser l’autre… Technique que je ne recommande pas !

 

Le mâle alpha existe-t-il chez les hommes ?

Que ça nous arrange ou non, l’ami Darwin nous a brillamment démontré que l’homme est bel et bien un animal… et que de sa parenté avec les grands singes, il subsiste des comportements sociaux. Replaçons-nous dans le contexte des débuts de l’humanité…

L’homme, organisé en petits groupes d’individus, ne dépendait que de ses besoins primaires (dormir, manger et boire, assurer la pérennité de sa tribu ainsi que de son espèce entière). Instinctivement, une femme choisissait un mâle qui présente un apparent bon patrimoine génétique pour s’assurer d’enfanter un rejeton en forme et, lorsqu’il grandira, aux attributs physiques lui permettant de résister aux intempéries, de chasser et cueillir sans encourir trop de risques pour sa vie. La femme préférait donc un géniteur qui n’était ni malade ni infirme. Un géniteur qui était en plus suffisamment grand et musclé pour sauver sa peau et celle des autres. Parce que le géniteur était aussi choisi pour s’assurer que le petit allait grandir et se reproduire à son tour : il fallait donc pouvoir le protéger, ainsi que la mère tant qu’elle le porte, et lui apporter des ressources vitales.

Dans nos sociétés très développées, aucun exemple n’a permis d’observer un homme jouissant de l’exclusivité et d’un statut dominant sur les autres mâles du groupe. Toutefois, nous avons observé une similitude avec caractéristiques préférées des femmes. Disons que les comportements des femmes vis-à-vis de ces hommes « bons géniteurs potentiels » relèvent alors davantage de la sélection sexuelle que du véritable caractère alpha de l’homme. Si je résume l’homme dominant c’est à la fois :

  • Le mâle alpha, cliché social et rôle social selon l’« avis général » ;
  • Le mâle alpha comme « géniteur idéal », à l’appréciation de chaque femme.

 

Si je ne suis pas un mâle alpha, que suis-je ?

Avant toute chose, j’aimerais vous rappeler que vous n’êtes pas strictement et uniquement un genre de personne. Je ne cautionne personnellement pas cette façon de coller une étiquette sur le front des autres mais il me semblait important de vous en parler car c’est la façon dont la société raisonne. Et mieux vaut connaître son fonctionnement si on veut pouvoir y vivre tranquillement, sans la subir.

Qui « catégorise » les mâles d’une espèce ?

Les « catégories » d’hommes suivantes ont été pensées et inventées par des hommes en quête de personnalité. Elles répondent à un simple besoin d’orgueil pour se comparer, s’évaluer, se motiver voire se trouver des excuses.

Cela dit, n’oublions pas que le mâle alpha désigné comme « géniteur idéal » est soumis aussi à l’appréciation des femmes. Même s’il s’agit de généralités basées sur des comportements primaires, reliquats de la préhistoire, il ne faut pas négliger l’importance du regard féminin. Disons alors vulgairement que l’homme alpha, au sommet de la hiérarchie socio-sexuelle, est le plus susceptible de trouver une partenaire sexuelle, et que cela va en décroissant en fonction de la position de l’homme dans la pyramide. Rappelons bien qu’il s’agit de généralités.

N’oublions pas non plus que le regard des autres est toujours soumis à l’influence des plus puissants ou plus nombreux… Votre réputation, votre rôle social vont beaucoup jouer dans votre place au sein de la hiérarchie. Parlons un instant de la malheureuse influence de masse des médias qui transforme un individu « géniteur moyen » en individu « géniteur désiré » à cause des effets de mode ou de la popularité assimilée à une sécurité financière.

En bref, votre « catégorie » est décidée par les autres (pardon, c’est malheureux mais c’est le jeu) … Mais, ça ne veut pas dire que vous ne pouvez rien y faire : au contraire. Il s’agit de votre image et, par conséquent, vous gardez le contrôle de l’image que vous souhaitez donner de vous.

Tout ça pour dire : tâchons de rester critiques vis-à-vis de tout cela. Pas de déterminisme : même si tout est soumis au jugement d’autrui, vous pouvez toujours le manipuler pour que les choses tournent à votre avantage 🙂

Etes-vous un mâle beta ?

Le mâle beta est un homme « moyen », qui est dans la moyenne autant sur le plan personnel que sur le plan professionnel ou sentimental. Certains aiment dire qu’il s’agit du « mec gentil », celui que les femmes choisissent pour se caser à défaut de pouvoir garder un homme alpha rien que pour elles… C’est un point de vue qui se défend. Disons simplement que le mâle beta représente un enjeu moins grand pour une femme car il a une confiance en lui modérée et qu’il n’a pas d’ambitions démesurées en amour.

Etes-vous un mâle gamma ?

Le mâle gamma connaît une vie sociale et professionnelle « dans la norme ». Son point faible, c’est la séduction. Cela entraîne des comportements machistes, à la fois pour se défendre et se venger des femmes qui n’ont pas voulu de lui. Il est généralement virulent à l’égard de la gent féminine qu’il tient pour responsable de son malheur.

Etes-vous un mâle oméga ?

Le mâle oméga est appelé comme ça parce que c’est la dernière lettre de l’alphabet grec… Ça annonce la couleur ! Marginal, moqué, renfermé sur lui-même et dans des émotions négatives qui tournent en boucle, le mâle oméga a une tendance victime. Il ne connaît ni réussite sociale, ni réussite professionnelle, et encore moins la réussite sentimentale et sexuelle. Bref, ce n’est pas une personne épanouie, et il ne cherche d’ailleurs pas à s’épanouir.

Etes-vous un mâle sigma ?

Lui, je le mets en dernier parce qu’il se distingue des autres… il est hors système.

Le mâle sigma présente un intérêt certain aux yeux de la gent féminine car il est conscient de cette forme de hiérarchie, la conteste et s’en distingue. Il fait preuve de recul et d’intelligence. Il a suffisamment confiance en lui pour s’affirmer. Bref, c’est l’équivalent de l’homme alpha, mais hors système.

hierarchie male alpha beta gamma oméga sigma

Rappelez-vous… tout cela n’est que généralité. Et plus important encore : ce n’est pas ce que vous pensez être, c’est l’image perçue qui entre en jeu dans les questions de séduction. C’est très superficiel mais c’est vrai. Et dans le fond, ce n’est pas plus mal car cela vous laisse plus de possibilités pour vous jouer de ce système et le tourner à votre avantage.

 

Seul l’homme Alpha peut séduire et être heureux en amour ?

Au regard du descriptif général des différentes personnalités socio-sexuelles que vous venez de lire, il me paraît important de faire un petit débriefing.

Devez-vous perdre espoir parce que vous n’êtes pas Alpha ?

Vous devez comprendre que votre personnalité dominante n’est pas une fin en soi et qu’elle ne doit être analysée que comme un indicateur. Si vous êtes heureux tel que vous êtes, alors il n’y a aucune raison de changer. En revanche, si vous vous sentez malheureux, alors il est temps de vous bouger. Pour autant, ne pas être Alpha ne veut pas dire que vous ne vivrez jamais de relation sentimentale et/ ou sexuelle épanouissante. Il faut que vous compreniez que la personnalité socio-sexuelle dépend de nombreux facteurs sur lesquels vous pouvez agir. Parmi lesquels votre aisance en société, votre apparence physique, votre intelligence, etc. Et que ce sont ces facteurs là qui impactent directement votre succès avec les femmes.

Ainsi, l’homme alpha, qui a déjà confiance en lui aura du succès, cela va entretenir sa confiance en lui, ce qui va plaire à d’autres femmes, etc. A l’inverse, l’homme gamma n’a pas de succès, ce qui entretient son rapport conflictuel avec les femmes, ce qui va faire fuir les femmes, ce qui lui « donne raison », ce qui le pousse à être mauvais avec les femmes… et ainsi de suite.

L’important, c’est de s’assumer, de se faire confiance et de faire confiance à l’autre sexe. Notez comme toutes les personnalités sont liées à l’estime de soi… Pas besoin de copier le comportement d’un autre : copier simplement son assurance et la manière qu’il a d’assumer ce qu’il est. Il est là, le vrai trait de caractère alpha.

>> Connaissez vous le guide de l’amant idéal ? <<

 

Le mâle alpha est avantagé mais…

Au regard de tout ce que nous avons déjà dit, il est indéniable que le mâle alpha est avantagé pour sa réussite personnelle, sentimentale, sexuelle… Pourquoi ? Parce que le mâle alpha dégage une forme de confiance en lui qui est assimilée à une promesse de sécurité et d’honnêteté pour une femme. Mais aussi parce que celui qui a déjà conquis plusieurs femmes éveillera la curiosité et l’intérêt des autres. Ou encore parce que le mâle alpha dégage une assurance, voire une bestialité, qu’on aimerait retrouver dans le rapport sexuel. Bref, l’homme alpha est sûr de lui. 

Toutefois, il ne faut pas que confiance en soi devienne arrogance, que protecteur signifie « ôter l’indépendance et l’initiative » et qu’ « avoir le choix » empêche le respect. Les Alphas qui ont tendance à trop profiter de leur statut attirent autant qu’ils font peur aux femmes. S’ils ne gardent pas la tête sur les épaules, ces hommes dominants finiront par ressentir une forme de vide sentimental… ce qui les reléguerait au rang d’homme bêta si on s’en tient aux définitions qu’on a données.

Tout excès est regrettable…

 

Comment devenir un mâle alpha ?

Vous avez compris que ce qui distingue le mâle alpha du mâle bêta, c’est son assurance. De la même façon, c’est cette assurance qui permet au mâle sigma d’avoir autant de succès avec les femmes qu’un Alpha… Que vous reste-t-il à faire alors ?

1) Soyez fier de qui vous êtes

Il n’y a pas grand chose à ajouter. Vous êtes maladroit ? N’en ayez pas honte, assumez-vous, riez-en, ne vous en cachez pas. Vous avez un cheveux sur la langue, des dents du bonheur, vous vous trouvez trop petit, trop grand, votre voix est trop aiguë, trop grave… blablabla. La liste pourrait être looooongue.

Faisons simple : ce que vous ne pouvez pas changer, soyez-en fier. C’est votre identité. Aimez-vous tel que vous êtes. Faites-en un atout. Voyez les avantages que ça peut avoir. Démarquez-vous. Et surtout, si ce petit quelque chose vous paraît atroce, n’oubliez pas que l’assumer, c’est démontrer une force de caractère, et donc une assurance… Si vous ne vous appréciez pas tel que vous êtes, personne ne le fera.

Pour tout ce que vous n’aimez pas chez vous et que vous pouvez changer… Travaillez dessus et passez à l’étape suivante ! Devenez celui que vous aimeriez être. Vous renfermez trop de haine ? Travaillez votre pouvoir de gratitude. Vous vous trouvez stupide ? Développez votre culture générale. Vous n’arrivez pas à prendre la parole en public ? Travaillez l’affirmation de soi. Tant de personnes qualifiées proposent aujourd’hui des formations de développement personnel… Pourquoi ne pas vous y mettre ?

2) Vous serez toujours l’alpha de quelqu’un d’autre…

Rappelez-vous que cette catégorisation fonctionne grâce à la comparaison… Regardez autour de vous qui est à un niveau plus élevé et évaluez ce que vous voulez travailler pour arriver à son niveau. De temps en temps, regardez qui est plus en galère que vous, et voyez le chemin que vous avez déjà parcouru.

3) Vous serez toujours l’apha d’une femme

Ce qui vous (nous) sauve, c’est que nous sommes des animaux sociaux. Comprenez par là qu’il n’y a pas que les reliquats de la préhistoire qui influencent les choix de partenaires des femmes. Les femmes sont aussi douées de sensibilités et font alors la différence entre celui qui a confiance en lui et le sexiste. Elles savent aussi qu’un homme avec un handicap, léger ou lourd, n’est pas forcément un homme dont la descendance sera handicapée aussi. Celles issues d’un milieu préféreront un homme issu du même milieu plutôt qu’un homme issu d’un milieu plus favorisé par exemple. Ajoutez à cela  le fait qu’elles aient des expériences personnelles et qu’elle cherchent des partenaires qui soient comme un autre homme ou, complètement à l’opposé d’un autre… Bref. La mixité d’aujourd’hui, associée à l’intelligence sociale font que, comme dirait votre grand mère : “chaque pot à son couvercle”.

A lire aussi : faut-il être galant pour séduire ?  

 

 

Conclusion : l’important reste définitivement votre attitude. Quel que soit votre profil, une attitude hostile ne vous permettra pas d’avancer. Et ce ne sera pas la faute à votre petit défaut physique, mais bien à votre attitude.

Coaching séduction

  • Commentaires :

Veuillez remplir tous les champs. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

commentaire *

  • nom *

  • e-mail *

  • Site internet *

*


CAPTCHA Image
Reload Image

Ads

A lire aussi :

dépendance affective menottes

La dépendance affective : la comprendre et s’en sortir

Dépendance affective, dépendance émotionnelle, dépendance sentimentale ou encore dépendance amoureuse : tant d’expressions qui ...

devenir un homme séduisant

AVOIR DU SUCCES SANS EFFORT ?

C'est possible : apprends à devenir séduisant naturellement !

Demande ton guide gratuit : un cadeau pour mes lecteurs ! 

Et en plus, reçois régulièrement des conseils INÉDITS ! 

Ton guide est à présent dans ta boîte mail !