pipe comment faire une fellation
Conseils sexo

Comment faire une fellation : conseils pour savoir comment faire plaisir à un homme !

La fellation, c’est tabou ?! Ah bah non, plus aujourd’hui. De nos jours, beaucoup de femmes s’adonnent à la turlute avec pour ferme intention de faire plaisir à leur partenaire. Mais ce n’est pas pour autant un acte que l’on maîtrise tout de suite. Je me souviens encore de ma première fellation : j’avais si peur ! Je ne savais pas vraiment quoi faire, ni comment cela serait reçu… C’est la raison pour laquelle je souhaite voir (ou revoir) avec vous les essentiels pour tailler une bonne petite pipe ! Voyons ensemble comment faire une fellation, une bonne fellation.

Les craintes et a priori des femmes sur la fellation

Historique : les femmes et la fellation…

Sachez, Messieurs, que si beaucoup de femmes pratiquent aujourd’hui la fellation, elles ne sont pour autant pas toutes pleinement à l’aise avec le sujet. En cela, vous avez un rôle important à jouer. Première étape pour vous : comprendre les femmes et leur relation avec la fellation.

Quelles que soient les avancées que nous connaissons, l’injustice et la soumission sont ancrées socialement chez la femme. Depuis plusieurs centaines d’années, la femme peine à trouver une place qui lui permettrait de s’épanouir pleinement, bien qu’actuellement il soit plus aisé de s’émanciper des anciens modèles.

N’oublions pas que les femmes ont, historiquement, été soumises à l’autorité patriarcale, et ce de manière docile, tout en faisant preuve de force de caractère, d’intelligence, d’ingéniosité pour continuer d’exister et faire valoir leurs droits. La femme était réduite à jouer sur les apparences : être belle et paraître respectable.

De ce fait, les femmes d’aujourd’hui doivent composer selon plusieurs aspects :

  • La crainte d’être une pute ;
  • La peur d’admettre qu’elles ne savent pas faire ;
  • La peur qu’on leur dise qu’elles font mal.

Alors, avant même de se soucier de savoir comment faire une fellation, elles se demanderont : faut-il pratiquer la fellation? A vous, Messieurs, de l’aider à dépasser ses frayeurs.

 

Sucer, c’est pour les putes ?

Alors comme ça, sucer serait l’apanage des courtisanes ?

Incontestablement, nous sommes dans le culte des apparences… et cela n’a rien de nouveau ! Une femme craint pour son image et sa réputation, elle a peur d’être cataloguée femme de vie dissolue et donc, femme sale… femme qu’aucun homme ne pourra aimer. C’est un peu caricatural pour aujourd’hui, mais c’était bien une réalité au XVIème siècle où l’on faisait bien la distinction entre le sexe par amour et le sexe monnayé. Le sexe par amour étant généralement associé à quelque chose de romantique et d’intimement lié à la procréation, et le « sexe plaisir » au sexe monnayé. En somme, la femme a besoin de cultiver sa pureté.

> Pour mieux comprendre les principes de pureté de la femme, lisez La vérité (qui dérange) sur les relations hommes/femmes !

Une fille qui dit ne pas aimer sucer, c’est une fille qui veut faire comprendre que ce n’est pas une pute. C’est également une fille qui s’est posé elle-même des barrières et qui s’empêche d’aimer sucer, car « elle ne peut décemment pas aimer ça »…

Or, nous aimerions que ces constructions sociales soient désuètes… Mais ce n’est pas le cas de partout. Les mentalités changent progressivement et il vous appartiendra, Messieurs, d’aider les femmes dans cette direction, de les aider à s’assumer et à ne pas craindre votre jugement. Rassurez votre partenaire, soyez soucieux de sa réputation et donc discret, soyez modernes et donc contents qu’elle pratique la fellation. Participez au changement des mentalités.

 

Nous sommes trop fières

La fierté, quant à elle, n’est pas non plus l’apanage des hommes. Les femmes aussi ont une fierté ! Comme pour contredire tous les discours machistes du siècle dernier, nous nous faisons un devoir d’apparaître en « femmes fortes ».

Une femme forte, c’est une femme indépendante, qui sait se débrouiller seule, qui n’a pas besoin d’aide. Et de ce fait, il nous est bien compliqué d’admettre que nous pouvons faire des progrès dans ce domaine…

Par ailleurs, la fellation est considérée par beaucoup, surtout par les moins expérimentées, comme un acte avilissant, où la femme est soumise à l’homme. Ce qui est, sur le principe, inadmissible… et dans les faits : hors sujet.

Alors pour vous Messieurs : guidez votre partenaire doucement et, si elle fait quelque chose de mal, soyez courtois dans votre façon de le lui signaler. Ajoutez-y toujours un “j’adore mais…”, ou un “c’est génial que tu me suces mais…” avant de lui glisser un petit conseil. Soignez son orgueil, sinon elle risque de ne plus jamais vous faire ce plaisir.

 

Sucer, c’est uniquement pour faire plaisir

Hélas, certaines femmes rechignent à sucer leurs hommes car elles n’y trouvent pas de plaisir. Elles diront qu’elles ont fait un effort, pour faire plaisir à l’homme… Mais rien de plus. Et même, qu’elles ont pris sur elle, parce que, vraiment, c’est répugnant et c’était juste pour faire plaisir.

Ce discours n’est rien d’autre une croyance limitante contre laquelle il est difficile de lutter. Si la situation s’y prête, assurez-vous qu’elle en a vraiment envie. En effet, il n’est rien de plus désagréable pour vous que de vous faire sucer sans âme! Et puisqu’elle non plus n’y trouvera pas de plaisir, on peut dire que la fellation perd tout son intérêt.

Pour augmenter vos chances de vous faire sucer, n’hésitez pas à entretenir votre sexe (tondez-vous les poils pubiens, etc.)

Et si elle vous fais ce plaisir, il vous faudra l’encourager dans sa démarche et montrer que vous appréciez son geste… quitte à en rajouter un peu. Le plaisir se partage et se communique : si elle ne trouve pas de plaisir dans l’acte, elle trouvera du plaisir et de la satisfaction dans le travail bien fait, récompensé et félicité.

 

Objections aux peurs des femmes

Voilà les peurs verbalisées ! A présent, il est temps de rationnaliser tout cela.

En premier lieu, faire l’amour, ça se fait à deux. Il n’est donc pas question de laisser faire l’autre ou de se laisser faire, ou, à l’inverse, de forcer l’autre ou de se forcer. Il est clair que se forcer ne résout jamais rien et peut même empirer les choses. Si une femme se force à vous sucer, Monsieur, soyez sûr qu’elle vous le reprochera tôt ou tard. Mieux vaut ne pas faire que mal faire… Hélas.

En deuxième lieu, je crois qu’une fellation se mérite. Avec moi, un homme égoïste au lit n’a jamais mérité sa petite pipe ! Mais un homme généreux qui prend le temps de me caresser, de me faire un savoureux cunnilingus méritera sa pipe en retour. C’est donnant – donnant (comme en 69!). Par ailleurs, pour celles qui bloquent en pensant être dominées lorsqu’elles sucent, dites-vous que lui a pu ressentir la même chose lorsqu’il vous a léchée.

En troisième lieu, la fellation peut être très excitante pour vous, Mesdames. Au début, moi aussi je suçais presque par politesse… et je me rendais compte que je mouillais beaucoup malgré tout ! Sans rien faire d’autre que sucer… Puis, avec la pratique et le fait d’envoyer bouler le qu’en dira-t-on, j’ai commencé à y prendre du plaisir. Voir que mon partenaire appréciait mon audace m’a encouragée. J’ai aimé recevoir ces vagues de bonheur que me renvoyait mon partenaire, j’ai partagé avec lui le plaisir que je lui donnais, j’étais active et surtout maîtresse de son plaisir. J’en viens même à m’amuser avec lui, et sucer mon partenaire me procure beaucoup de satisfaction. Evidemment, elle est différente de celle que je ressens lorsque M. Orgasme me rend visite. Mais elle est tout aussi agréable. Petite anecdote: j’ai vu des femme gémir en suçant… et elles ne simulaient pas!

 

Règles d’Or de la fellation

Voici quelques vérités que selon moi, nous devrions tous garder en tête et appliquer :

  • La fellation est un acte normal, banal, dans une relation sexuelle ;
  • La fellation est un plaisir partagé ;
  • La pipe n’est pas une obligation ;
  • La fellation n’est pas un acte honteux ni sale ;
  • La fellation rendra votre homme heureux.

 

Conseils pratiques pour faire une bonne fellation

Maintenant que nous sommes dans un bon état d’esprit, nous pouvons passer au vif du sujet !

 

Prévention

Les IST et MST peuvent se transmettre par simple contact bucco-génital. Pour cette raison, vous serez amenée à considérer les risques : votre partenaire est-il digne de confiance ?

Ce que je vais vous dire ne va pas vous plaire, mais en cas de doute, il faut vous protéger… et lui mettre un préservatif.

Amener le moment fatidique

Sachez, Mesdames, que j’ai appris une chose à mes dépends : les hommes sont bien plus impatients que nous ! Alors que nous apprécions qu’ils « tournent autour du sujet » car cela fait monter la tension sexuelle, ceux-ci n’apprécient guère qu’on les fasse languir trop longtemps !

Le simple fait de vous voir glisser le long de leur torse suffit à les exciter, il ne leur en faut pas plus. Tout ce qu’ils attendent, c’est une mise en bouche, au sens littéral du terme.

Attention, je ne vous dis pas pour autant de vous jeter dessus et de gober le sexe de votre partenaire le plus rapidement possible ! Une fois que vous le sentez chaud, descendez au niveau de la ceinture. S’il n’est pas en érection, c’est le moment de le branler légèrement. Car mettre en bouche un sexe complètement mou ne présente que peu d’intérêt. Mais soyons honnêtes, il y a peu de chance qu’il soit totalement au repos !

fellation lecher vergePour plus de facilité, à plus forte raison si votre partenaire à un grand pénis, je vous recommanderais, en premier lieu, de lécher sa verge (et pourquoi pas ses testicules s’il aime ça). C’est une façon de la lubrifier ce qui permettra ensuite une mise en bouche plus aisée. Par ailleurs, c’est un moment très visuel pour lui car vous pourrez vous regarder. Ne vous attardez pas trop pour autant 😉

 

A savoir : vous pouvez mettre en entier en bouche son sexe, ou y aller progressivement, il n’y a pas de règle absolue et cela dépendra de votre relation et du contexte.

 

Faire une bonne fellation fait travailler le corps entier!

Votre corps ne doit pas être rigide, votre tête et votre nuque doivent être assez souples pour permettre un mouvement fluide et une utilisation optimale de votre bouche, votre langue et votre main !

fellation

 

Comment faire une bonne fellation : votre bouche

Votre bouche, c’est votre outil de travail ! Si elle est propre c’est bien, mais si vous venez de vous laver les dents avec un dentifrice bien mentholé, cela risque de lui faire un drôle d’effet !

Ensuite, il s’agira de trouver le bon angle pour positionner vos lèvres ainsi que votre langue afin que son sexe ne soit jamais (ô grand jamais !) en contact avec vos dents. Quand je dis « un bon angle », il s’agit de votre corps entier et, surtout, de votre gorge. En effet, selon la forme et la courbure de son sexe, vous serez peut-être plus à l’aise depuis le côté ou le dessus, ou même à l’envers.

Exercez une pression avec vos lèvres et faites des mouvements de va-et-vient afin de lui offrir une stimulation complète. En parallèle, jouez avec votre langue. C’est, selon moi, ce qu’il y a de plus difficile à faire. Mais l’essentiel d’une fellation se joue à l’intérieur de la bouche.

Essayez de bien sentir les muscles de votre langue et remarquez que celle-ci peut s’étendre et s’abaisser pour libérer le fond de la gorge. C’est ce que vous devez faire : n’hésitez pas à tirer votre langue pour faire glisser sa verge sur un maximum de sa surface. Soyez ferme, c’est un muscle endurant qui s’entraîne très bien. Tirer la langue ainsi vous empêchera de déglutir et vous saliverez : c’est ce que l’on veut. La salive est une composante essentielle: une pipe doit être bien chaude et bien humide.

Lorsque sa verge est dans votre bouche, votre langue doit avoir suffisamment d’amplitude pour lécher, voire tourner autour. Si ce n’est pas le cas, vous n’avez pas assez ouvert la bouche, ni assez abaisser le fond de votre langue. Celle-ci doit être étirée à son maximum!

 

Comment faire une fellation : votre main

Saliver est une bonne chose car vous pourrez masturber votre partenaire en même temps que vous le sucez.

Suivez le mouvement de votre bouche, n’essayez pas d’aller à contre-sens ou que sais-je ?

A ce moment-là, je vous conseille de positionner votre main de telle sorte que vous puissiez reproduire le mouvement de va-et-vient avec une pression suffisante. Ma petite astuce : n’effectuez pas un mouvement « droit ». Ayez le poignet souple pour effectuer une légère rotation lors de vos mouvements.

 

Jouez de votre regard pour faire une bonne fellation

Beaucoup d’hommes aiment regarder leur partenaire en plein acte… et s’ils peuvent soutenir son regard coquin, c’est encore mieux!

N’allez pas vous tordre le cou pour autant mais l’idée est la suivante : vous partagez ce moment. La fellation, ce n’est pas l’homme d’un côté et la femme de l’autre. C’est une connexion. Et cette connexion est souvent renforcée par le regard de la fellatrice.

Pensez donc à jouez de cet atout, et à lui faire vos yeux de coquine pour l’exciter davantage.

 

Comment faire une pipe : les testicules

Certains hommes adorent que l’on s’occupe de leurs testicules en même temps. Vous serez alors invitées à sucez les testicules de votre partenaire (en général avant la fellation en elle-même) et à les lécher. N’hésitez pas à être voraces dans votre démarche !

Votre main peut tout à fait, en même temps que vous le sucez, malaxer ses testicules.

Il faut savoir que, située juste derrière les testicules, se trouve une petite zone sensible et érogène chez beaucoup d’homme (le plancher pelvien). Vous pouvez la stimuler doucement avec votre index, lorsque vous prenez ses testicules dans la paume de la main par exemple.

Les hommes qui n’aiment pas ce genre de stimulation sauront vous le dire à temps, ne vous en faites pas. Ceux qui en raffolent sauront vous le réclamer.

lécher les boules

 

Comment tailler une bonne pipe : une stimulation supplémentaire

Situé un peu plus loin encore : l’anus. Votre partenaire peut aimer les stimulations anales et vous demander d’y glisser un doigt en même temps que vous pratiquez une fellation. Il peut aussi vous demander de lui faire un anulingus. Ne soyez pas surprise, bien que ce soit un cas de figure relativement rare.

La stimulation périnéale, de même que la stimulation prostatique (le fameux point P) offrent à votre partenaire des sensations intenses alors l’hésitez pas à lui faire ce plaisir s’il vous le demande!

Quoi qu’il en soit, souvenez-vous que vous n’êtes obligées de rien.

 

Rythme

Il est bon de commencer plutôt lentement pour que l’homme s’habitue à votre chaleur. Si vous y allez trop fort et trop vite, il risque de jouir rapidement ou d’avoir mal car vous n’aurez pas eu le temps de lubrifier sa verge. Ensuite, allez-y de plus en plus vite et, si vous voulez le faire jouir, gardez le rythme !

A l’inverse, si vous voulez faire durer le plaisir, soyez à l’écoute de ses réactions corporelles, faites des pauses, changez de rythme…

 

Cas particulier : comment faire une gorge profonde ?

gorge profondeUne gorge profonde, c’est avaler le plus de longueur possible, jusqu’à ce que le gland de Monsieur atteigne le fond de votre gorge. Cela lui procure une sensation fort agréable, et je crois que tout le monde peut le pratiquer dès lors qu’on a intégré certains automatismes.

Vous devez tirer et abaisser votre langue pour libérer de l’espace, et surtout libérer un espace en dessous de votre luette. Car c’est là que son pénis ira : si vous ne libérez pas assez de place, il cognera votre luette et c’est cela qui vous donnera envie de vomir. C’est votre langue qui fait une grosse partie du travail : tant qu’elle n’est pas étirée et abaissée à son maximum, vous n’éprouverez aucune sensation agréable.

Ensuite, n’hésitez pas à vous redresser pour que son pénis suive une trajectoire en accord avec sa courbure. Suivez la forme naturelle de son pénis pour pouvoir en avaler un maximum.

Petit à petit, vous parviendrez à jouez avec votre langue en même temps.

Une gorge profonde n’est, en soi, pas difficile à faire.

Ce qui bloque souvent les femmes, et j’en ai fait partie, c’est la position peu naturelle du mouvement. De plus, on a l’impression de tirer une tête vraiment hideuse lorsque l’on suce… Ce n’est qu’une idée reçue. Une fois que l’on parvient à se concentrer sur les sensations reçue plus que sur sa possible tête, les blocages s’en vont.

 

Achever le moment fatidique : faut-il avaler son sperme ?

Quand votre partenaire approche de la jouissance, son sexe va gonfler, s’épaissir, s’élargir notablement.

C’est à vous de voir si vous considérez, à ce moment précis, que la fellation doit constituer un simple préliminaire, si c’est une fin en soi, ou si vous voulez mener votre partenaire jusqu’à la jouissance.

Pas de règle immuable, c’est à vous de voir ce que vous préférez. Personne ne vous oblige à avaler le sperme de votre partenaire ! Vous pouvez lui proposer de jouir sur une partie de votre corps en particulier. Ou le laisser reprendre un peu ses esprits pour qu’il jouisse un peu plus tard lors d’une pénétration. Quel que soit votre choix, une chose à ne surtout pas faire est de l’empêcher de jouir !!!

Si vous décidez d’avaler sa semence, pensez à boire un grand verre d’eau après ! Et n’essayez pas forcément de l’embrasser tout de suite car il risquerait d’avoir un mouvement de recul… 😉

S’il porte un préservatif, la seule question que vous devez vous poser c’est : est-ce que je veux qu’il me prenne ensuite ou est-ce que je veux que cette pipe constitue l’épilogue de notre session?

 

Voilà, vous savez tout ce qu’il faut savoir sur la fellation! Je vous ai partagé mes astuces et conseils pour offrir à votre partenaire une bonne pipe.

Je vous conseille cet ebook pour approfondir le sujet : Les Secrets de la Fellation.

Messieurs, j’espère que vous avez aussi pris bonne note de tout cela !

 

 

Avis, témoignages, conseils sont les bienvenus :

Un grand merci à ces deux abonnés Instagram qui ont pris le temps de me parler de leurs préférences.

 

“Tout est dans le regard pour la fellation… Puis après le + c’est celle qui arrive à en mettre beaucoup… Très beaucoup.” Arnaud

“Il y a plusieurs types de fellatrices : celles qui le font contraintes car elles pensent que c’est une obligation mais n’aiment pas (une horreur dans le ressenti, celles qui font ça pour faire plaisir et que ça ne dérange pas à outrance (ce qui est déjà mieux pas forcément l’extase), et celles qui adorent ça, jusqu’au bout souvent (et là c’est l’extase). Il faut juste éviter la fellation type “porno”, trop violente et rapide. Je préfère que ma fellatrice prenne le temps, prenne bien en bouche, use et abuse de la salive, n’oublie pas les deux orphelines. J’aime aussi qu’elle crache ou bave sur mon seJe ne suis pas contre un anulingus si cela dérape. J’aime le tétage de gland, en douceur. Et surtout que ma fellatrice me regarde droit dans les yeux. J’aime également quand ma partenaire pose le préserve avec la bouche, ça c’est l’extase.” Marc, libertin.

 

Mon partenaire de toujours, Fabrice Julien, a également traité du sujet en tant qu’homme. Je vous invite à y faire un tour.

 

J’invite tous mes lecteurs à se manifester dans les commentaires pour faire comme Arnaud et Marc !

Votre avis est, soyez-en sûrs, extrêmement riche pour tout le monde !

Merci à vous.

 

A bientôt, et au plaisir !

Votre coach en sexualité,

Alice Bergelac

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


CAPTCHA Image
Reload Image