De l’importance des prelis : pourquoi et comment bien faire les préliminaires ?

Parlons préliminaires et, d’entrée de jeu, laissez-moi rétablir une vérité : les préliminaires n’ont pas pour objectif de faire plaisir uniquement à Madame. Voilà. Retenez bien ça. Les préliminaires ont des raisons d’être beaucoup plus profondes (non, aucun jeu de mots) que vous ne le pensez peut-être. C’est précisément l’objet de cet article : vous montrer que faire faire les préliminaires est une étape importante dans un rapport sexuel et que ceux-ci ont de la valeur aussi bien pour l’homme que pour la femme. Voyons donc ensemble comment faire de bons prélis, pour vous comme pour votre partenaire, et pensons à tordre le cou à quelques idées reçues telles que : les prélis ne font plaisir qu’aux femmes, les hommes n’ont pas besoin de préliminaires, les prélis sont réservés aux jeunes amants, les préliminaires sont toujours la même chose, etc.

A lire aussi : comprendre le fonctionnement du désir féminin 

 

Vous voulez seulement maîtriser les techniques sexuelles de base ? Ces articles sont faits pour vous :

Qu’est-ce que les préliminaires ?

Préliminaires : définition

Les préliminaires, comme leur nom l’indique, englobent tout ce qui se passe avant le rapport sexuel, et plus précisément la pénétration. Ils ont pour fonction d’introduire le moment de la pénétration et de préparer les deux partenaires. Par préliminaires, on comprend le moment ainsi que les gestes qui permettent de faire montrer l’excitation dès lors qu’il y a un désir mutuel, partagé.

Ainsi, les préliminaires peuvent débuter dès les premiers gestes d’intimités : baisers, caresses, massage ; mais aussi les pratiques bien connues que sont la masturbation mutuelle ou le sexe oral. C’est une étape considérée comme incontournable, bien que dans quelques rares exception, il vous sera possible de les faire passer à la trappe.

Notez déjà que le nom de « préliminaires » peut grandement influencer la conception qu’on en a : beaucoup de personnes ayant déjà une vie sexuelle active considèrent que les préliminaires ne peuvent pas être une fin en soi et considèrent un rapport sexuel décevant s’il n’y a pas eu pénétration. Gardez toutefois à l’esprit que vous pourriez être très satisfaits de ces instants, même sans pénétration : je pense notamment aux femmes qui ont leurs règles, ou aux couples qui attendent un engagement pour passer à la pénétration.

 

Hommes, femmes et préliminaires.

Bien qu’ils soient généralement considérés comme simple « amuse-bouche » plutôt que comme le plat de résistance, les préliminaires ont tendance à faire débat et à être « surcotés » pour les hommes, « sous-cotés » pour les femmes. En effet : il paraîtrait que les hommes n’aiment pas ça, ou qu’ils « s’en passeraient allègrement » et que les femmes déplorent qu’ils ne soient pas assez longs, ou pas assez maîtrisés. Si on s’attarde sur les sondages IFOP, plus de la moitié des femmes interrogées se déclarent non satisfaites des préliminaires… Nous sommes toutefois en droit de remettre en question ces affirmations et de nous demander pour quelle raison ces idées reçues sont si populaires.

Les préliminaires ne font plaisir qu’aux femmes ?

Pour la faire courte, j’ai grandi, comme beaucoup d’autres femmes, avec l’idée que les « prélis » ne font plaisir qu’aux femmes, et qu’ils ont pour unique but de mettre Madame dans de bonnes dispositions.  J’ai toujours entendu les femmes se plaindre et critiquer leurs amants sur ce point, ce que ce soit dans mon entourage ou dans les films. Ça peut paraître étonnant, mais les femmes parlent bien plus souvent de sexe que vous ne l’imaginez. Ajoutez à cela le besoin humain irrépressible de passer pour une experte devant les copines, celui qui passe par la critique d’autrui, et vous obtiendrez une femme qui veut se présenter comme insatisfaite. Que ce soit la réalité ou non.

Le problème est le suivant : beaucoup ont tendance soit à avoir des attentes très hautes, soit à juger a posteriori leurs rapports en le revoyant à la baisse. Inconscient ou non, ce mécanisme a tendance à mettre une femme dans des prédispositions négatives, il ne rend les femmes que plus exigeantes, et donc plus facilement déçues. Cela peut engendrer une attitude plus ou moins passive qu’il ne faut, entre nous, pas encourager.  Si je devais simplifier je dirais que beaucoup sont prêtes à se plaindre avant même qu’il ne se soit passé quelque chose.

Mon conseil : Sachez leur démontrer qu’elles se trompent ! N’entrez pas dans leur jeu et relevez le défi. Ne vous arrêtez pas à leur état d’esprit si étriqué. Il ne sert à rien de vous en offusquer par avance. A l’inverse, soyez plus fort et rabattez-lui le caquet. Elle n’attendra que ça. Car quoi de plus excitant à raconter à une copine que le fait qu’on ait couché avec le coup du siècle ?

 

Les hommes n’ont pas besoin de préliminaires ?

Les hommes, quant à eux, trainent derrière eux la réputation de n’être que de gros rustres obsédés et on se figure assez aisément que les préliminaires, ça les saoule. Enfin… si on considère que les hommes sont réellement ces gros rustres obsédés. Ce qui n’est généralement pas le cas.

Or, il ne faut pas oublier que les hommes ont aussi une psychologie et une personnalité, et qu’ils ne sont par conséquent pas que des machines. Ce n’est pas parce que leur corps a répondu vite en arborant une fière érection qu’ils n’apprécient pas le temps passé avant de jouir.

Les préliminaires constituent un moment excitant dans la mesure où ils correspondent aux instants où les deux partenaires referment leur piège sur leur proie (consentante hein, c’est juste une métaphore un peu primaire !). C’est aussi le moment où l’un comme l’autre accepte de s’abandonner à l’autre en lui laissant les pleins pouvoir.

D’après mes expériences personnelles mais aussi les témoignages de mes lecteurs, les préliminaires leur permettent effectivement de mieux apprécier l’acte sexuel ensuite, d’avoir un orgasme plus puissant, de passer un meilleur moment en général. Donc si, les hommes ont bel et bien besoin des préliminaires et ne les considèrent pas comme une besogne !

 

Pour en finir avec ces idées reçues : Il serait temps de cesser de penser à la place de l’autre et de lui prêter des intentions. Madame, ne partez pas du principe que votre partenaire ne fait ceci ou cela que pour vous faire plaisir et qu’en réalité, ça le fait bien suer. Monsieur, ne partez pas non plus du principe qu’elle va vous juger, qu’elle va trouver le moyen de tout critiquer, qu’elle ne sera jamais satisfaite.

 

Pourquoi faire les préliminaires ?

Faire les préliminaires pour respecter le temps de réponse physiologique de chacun

Les préliminaires ont une fonction purement biologique, pour ne pas dire mécanique. C’est la raison principale qui fait qu’on ne peut généralement pas les éviter.

En effet, si on se réfère aux travaux (qui font l’unanimité) des sexologues américains de Masters et Johnson, on apprend que le corps de la femme est plus long à répondre aux différents stimuli d’ordre sexuel. Et ce, pour des raisons à la fois psychologiques (d’où l’intérêt de les rassurer sur ce qui est susceptible de perturber leur attention) mais aussi physiologiques. Les femmes entrent plus lentement dans la phase d’excitation, leur corps comme leur esprit demandent à être rassurés, à l’aise, et, surtout, doivent se sentir prêts.

Les études en psychologie évolutionniste nous apprennent que, malgré les grandes avancées sociétales que l’Homo Sapiens a connu, celui-ci conserve quelques réflexes malgré lui. Parmi ces réflexes, les femmes ne sont pas en mesure de se donner à n’importe qui car elles encourent le risque de tomber enceintes. Ce qui est à l’origine de résistances de sa part. Mais une fois ces barrières levées (plus aisément que vous ne le pensez !), votre partenaire sera prête à prendre du bon temps avec vous.

Le petit plus : Des préliminaires bien faits mettent les femmes dans de bonnes dispositions. Elles jouiront plus facilement… et voudront également vous rendre ce « modeste » plaisir.

 

Faire les préliminaires pour mieux se connaître

Les préliminaires constituent une phase où on prend le temps de découvrir le corps de l’autre. C’est aussi le moment où on peut le plus se laisser aller niveau fantaisies et où on peut tester de nouvelles techniques, voire de nouvelles pratiques.

Lors de vos préliminaires, vous pourrez savourer le moment où votre partenaire finira par se donner totalement à vous, en toute décontraction. C’est lors de ces instants que va s’installer une complicité entre vous, que vous comprendrez, sans avoir besoin de parler, si votre partenaire est d’une humeur « sexe brutal » ou « sexe romantique ».

De plus, en tant qu’homme, c’est bien souvent le moment où vous pouvez vous laisser faire et savourer ce que votre partenaire vous propose. Car, ne nous mentons pas, pour la plupart des coïts, c’est Monsieur qui fait l’essentiel du boulot 😊 C’est donc une occasion de profiter, de voir que votre partenaire n’est pas égoïste, mais aussi de vous concentrer sur les sensations que vous ressentez.

Mon conseil : Restez attentif aux plaisirs de votre partenaire et aux vôtres. Tentez de nouvelles choses, varier. Mais ne vous fixez pas un objectif de durée. Sachez vous arrêter quand vous avez tous les deux envie d’aller plus loin. 

 

Faire les préliminaires pour l’harmonie du couple

Je ne cesse de vous le dire, une femme a besoin d’être considérée, de se sentir unique, belle et désirée. Quelle meilleure façon de lui montrer toute votre passion ?

Bien souvent, lorsqu’on est en couple, on finit par se lasser de l’autre parce qu’on le connait par cœur, parce qu’on a nos petites routines… mais aussi parce qu’on est persuadé de connaître l’autre par cœur. Or, c’est faux. Retenez bien cela : vous, comme votre partenaire, connaissez une baisse de libido proportionnelle à la baisse d’intérêt que vous avez pour l’autre. Ne gardez pas vos œillères en pensant que votre femme est trop étriquée, qu’elle n’a pas l’esprit ouvert pour que vous vous éclatiez au lit après plusieurs années de relations. C’est votre pensée négative qui engendre des relations sexuelles routinières voire inexistantes. Dites-vous bien que si vous vivez mal ces instants, elle aussi. Et ce, même si vous êtes persuadés du contraire.

Les préliminaires sont le moment idéal pur signifier à votre partenaire que vous le/ la désirez encore. Attention ! Il faut parfois reprendre les choses depuis le début et entamer des préliminaires bien plus soft : ce n’est pas parce que vous vous connaissez bien depuis toutes ces années que lui mettre la main directement dans l’entre-jambe va l’exciter.

Mon conseil : Ne considérez jamais votre partenaire comme totalement acquis et gardez en tête que vous êtes aussi responsable que l’autre de votre vie sexuelle. Il vous appartient de continuer d’entretenir la flamme et de donner envie à votre partenaire d’en faire de même. Et n’oubliez pas : une femme qui ne voit pas vos efforts n’en fera pas. Evitez de tomber dans une guerre des fiertés ou chacun se refuse à l’autre parce qu’il a l’impression de ne pas être désiré « convenablement ».

 

Les préliminaires sont-ils obligatoires ?

Il existe quelques situations lors desquelles de longs préliminaires ne sont pas obligatoires. Comme dit plus haut, les préliminaires ont en effet pour fonction principale de faire monter l’excitation et d’accompagner le corps pour qu’il puisse répondre positivement aux stimulations. De ce fait, les longs préliminaires sont optionnels si les deux partenaires sont déjà dans un état d’excitation très avancé. Ce peut être parce que :

  • votre partenaire et vous avez peu de temps et que le speed sex (« petit coup vite fait ») vous excite
  • vous avez très bien sexualisé l’interaction et qu’elle est déjà en demande
  • vous êtes dans les premiers jours de votre vie sexuelle commune et que vous répondez à une pulsion.

Attention, cela permet de raccourcir considérablement les préliminaires, notamment les moments de stimulation de zones érogènes non sexuelles, mais pas de les éliminer totalement. Je conseille, dans ces moments précis, d’effectuer tout de même une rapide stimulation avec vos doigts au niveau de la vulve, et en les ayant préalablement humidifiés (un peu de salive suffit) pour vous assurer que le corps a suivi la tête. Glissez un ou deux doigts dans son vagin avant de vous y introduire, pour vous assurer que celui-ci est prêt à vous accueil.

Pour aller plus loin :

 

Comment faire les préliminaires ?

A présent, je vais vous livrer quelques éléments pour bien faire les préliminaires et être dans le bon état d’esprit pour bien les apprécier. Pour ce qui est des techniques sexuelles pures, je vous invite à consulter les articles suivants :

S’adapter au contexte et au partenaire

Les préliminaires sont un moment délicat qui part des balbutiements du désir pour se terminer au sommet de l’excitation. Ce moment reste délicat car un faux pas est susceptible de tout faire retomber… Voilà pourquoi la règle numéro une est de savoir s’adapter à votre partenaire mais aussi au contexte.

Concrètement cela signifie que vous allez peut-être devoir faire durer un peu plus la phase non sexuelle de séduction si vous sentez que votre partenaire est préoccupé(e) et a la tête ailleurs. A l’inverse, si votre partenaire est déjà terriblement excité(e) et vous aussi, c’est peut-être le moment de passer directement aux caresses.

L’idée est de rester attentif à votre partenaire pour faire durer plus ou moins longtemps certaines caresses. Bref, sachez composer en fonction des émotions du moments.

Par conséquent, les conseils suivants sont généraux et libre à vous de les adapter en fonction du contexte !

 

Faire passer clairement le message

Avant de vous lancer dans des caresses sexuelles, assurez-vous que le message est bien passé et a été accepté. En effet, certaines femmes ont tendance à se voiler la face ou à s’imposer des limites et ne vont pas comprendre (ou faire semblant de) et vont soudainement se tendre lorsque vous initierez un geste plus audacieux. Même si tout paraît très clair et sans ambiguïté, certaines restent persuadées qu’elles peuvent se laisser tenter par un chaste massage en sous-vêtements.

Il vous faut donc sexualiser la conversation en plus de votre attitude.

Par ailleurs, pensez à être bien clair sur une chose : vous n’avez pas envie de sexe, vous avez envie d’elle. C’est elle qui éveille votre désir, et pas elle qui doit assouvir un désir déjà présent. Il vous appartiendra donc de lui dire comme son décolleté fait naître en vous des idées coquines, par exemple.

 

Eviter de brûler des étapes

Même si certaines étapes peuvent être passées plus vite que d’autres, il n’en demeure pas moins que les préliminaires sont comme des escaliers que vous allez devoir monter. Respectez donc quelques règles générales :

  • avant de sexualiser verbalement, assurez-vous que vous lui plaisez. Cela peut passer par des petites questions banales : avait-elle qqch d’autre de prévu et vous a-t-elle privilégié ? Etait-elle en avance ? Relance-t-elle la conversation ? Paraît-elle à l’aise dans la discussion ?
  • avant d’initier un contact physique, elle doit avoir validé votre sexualisation dans la conversation : elle a répondu normalement, renchéri, ri…
  • avant tout contact sur les zones sexuelles, prenez le temps de l’embrasser. Laissez vos mains quelques instants sur des zones stratégiques comme ses hanches, resserrez votre étreinte, parcourez son dos, sa nuque, caressez son visage et sa chevelure.

 

Toutes ces étapes peuvent paraître fastidieuses écrites ainsi mais sont en réalité très naturelles. Bien les connaître peut vous permettre de voir à quel endroit votre partenaire bloque, afin de rester un peu plus longtemps dans sa zone de confort ou d’être plus progressif.

 

Ne pas chercher que la performance

Les préliminaires, qu’ils soient tendres ou sauvages, ont toujours pour but de préparer au coït, de faire monter l’excitation tout en l’assouvissant quelque peu : les caresses sexuelles interviennent souvent comme le moment tant attendu, celui qu’on s’est imaginé durant les intenses câlins et baisers que l’on s’est donnés avant.

De bons préliminaires ne sont pas une démonstration de toutes vos compétences, ni le moment de vider votre partenaire de toute énergie vitale (sauf si vous n’avez pas prévu de pénétration ensuite).  L’important est alors de prendre du plaisir, sans pour autant se donner un objectif de performance. Si votre partenaire ne jouit pas, ce n’est pas une fin en soi : si elle en était proche, elle pourra toujours jouir sous l’effet de vos coups de reins. Donc pas de panique.

 

Petite astuce pour les lecteurs valeureux et motivés qui ont tout lu : ne sous-estimez jamais, oh grand jamais, l’importance des baisers. A eux seuls, ils peuvent constituer un excellent préliminaire. Une petite session de baiser de quelques minutes va libérer des hormones, préparer le corps et détendre les deux partenaires. Promis, après quelques instants de baisers, vous retrouverez sa culotte mouillée. Si si.

 

Oh! Et n’oubliez jamais que vous êtes deux… et que les politesses se rendent… 😉 

En espérant que cet article vous a été utile,

Et en vous souhaitant beaucoup de plaisir !

 

Alice

Coaching séduction

  • Commentaires :

  • Pernot

    Bonjour Alice, j’ai regardé la vidéo YouTube, le serpent glissant, sur les prelis.
    Tu poses une question aux hommes pour des commentaires à ce sujet.
    Je me permet de formuler une réponse en ayant jamais fort niqué à 50ans,pourquoi pas. Branleur devant l’éternel, je puis dire qu’en effet mon imagination en tant qu’homme me fait aller d’esprit très rapidement à la copulation,imaginant avant quelques doigtages et palpations.Avec le temps mon cas s’est pas arrangé,car là où il me fallait 5minutes avant de stimulation mécanique (ce qui est déjà relativement court),aujourd’hui quand je sens qu’il faut que je me vide les couilles, qu’une tension y reside,en moins de deux minutes,j’ai craché comme on dit.
    Tout ça pour dire qu’en effet, en tant qu’homme, j’imagine des préliminaires pour la femme plutôt gustatifs tel lecher la moule,le coquelicot, ou sucer le sein mais pas vraiment les caresses puisque je suis affectifphobe😀(n’en n’ayant reçu, j’aurais l’impression de me defaire)
    Et donc l’homme à la monté rapide en desir,effectivement se verra mal se contenter d’une masturbation de la femme (comble pour un grand masturbateur), par contre je sais d’avance que j’aimerais me faire sucer(oui,je me suis jamais fait sucé aussi,ça aurait pu,même puceau 😀), cependant je pense que si ma relation sexuelle avec cette femme s’arrêtait à son sucage,je serais quelque peu frustré de ne l’avoir pas prise(mais dans mon cas et cet exemple precis,ça se comprend puisque j’ai jamais niqué une nana)
    Avec une sexualité normale, je pense que je me pourrait me satisfaire d’une bonne sucette avec ejaculation, à mon avis ça doit être très bon.
    Voilà, c’était la reponse d’un non pratiquant(je m’abstiendrais d’expliquer cette situation)
    Je vais sur le net depuis peu, deux ans,et les vidéos de personnes comme toi Alice m’ouvre l’esprit sur certaines choses que je n’aurais peut être pas pu percevoir d’emblée dans ma vie de tous les jours, comme sur les hormones féminines et la réponse des femmes à celles ci(pilules et leurs effets)

    • Alice Bergelac

      Merci d’avoir pris le temps de formuler une réponse si complète et sincère 🙂

  • Marenco

    Bonjour
    Je voulais avant tout vous dire un grand bravo pour vos vidéo.
    Je suis un homme de 53 ans et depuis mon divorce qui a eu lieux environ 6 ans j ai un mal fou à trouver une personne .
    J ai dû connaître dans cette période deux femme. . Je suis un homme courtois, au dire des autres gentil. Mais cela ne me permet pas hélas de trouver l âme soeur. Je suis peu être trop timide ou réservé. Je suis très attiré par ma directrice. Mais je n osé pas le lui avoué. Même si je pense que cela est réciproque. Le fait qu’ elle soit mariée et ma supérieure m empêche d aller plus loin.
    Merci pour vos vidéo et de votre charme naturel. Vous êtes une très belle femme.

Veuillez remplir tous les champs. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

commentaire *

  • nom *

  • e-mail *

  • Site internet *

*


CAPTCHA Image
Reload Image

Ads

A lire aussi :

L’art du cunnilingus , ou comment bien lécher une femme

Incontournable des préliminaires, le cunnilingus (cunnilinctus pour les latinistes et les puristes) est plus ...

faire l'amour avec une femme

Comment faire l’amour avec une femme et devenir un bon coup ?

Comment faire en sorte qu’elle vous rappelle ? qu’elle veuille vous revoir ? qu’elle ...

DOIGTER UNE FEMME

Comment doigter : mes conseils de femme pour un savoureux doigtage

Comment doigter une femme ? Voilà une question plutôt technique que l’on me pose ...

RENDS-LA ACCRO !

Une femme te donne secrets et astuces pour faire jouir les
femmes et leur laisser un souvenir impérissable !

>> Je veux devenir un super coup <<
devenir un homme séduisant

AVOIR DU SUCCES SANS EFFORT ?

C'est possible : apprends à devenir séduisant naturellement !

Demande ton guide gratuit : un cadeau pour mes lecteurs ! 

Et en plus, reçois régulièrement des conseils INÉDITS ! 

Ton guide est à présent dans ta boîte mail !